Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Morphee


Au début du blog de Morphée, il y avait Kant le chien déjanté et Morpheus le dieu des rêves...

Ainsi naissaient des histoires... 

 

Un petit remake de cet article de... 2005!

 

 

 

 

Alors... une petite histoire Kant?

 

 

J’ai un copain dans la rue, un doberman qui s’appelle Jules. Un grand et beau chien. Très classe ! Malheureusement il est la risée de tous les chiens du quartier car il lui arrive un truc bizarre. Quand il voit un chat, il s’écroule par terre. Brutalement. C’est très impressionnant ! Il est complètement avachi sur le sol, ne peut bouger ni ses oreilles, ni sa queue, et encore moins se relever sur ses pattes. Tout juste s’il peut avoir quelques mouvements des yeux. Ca dure 2 à 5 minutes, et il se relève en pleine forme. Le problème c’est que tous les chats se sont donnés le mot. Ils l’attendent assis sur le muret du coin de la rue, lançant des paris pour savoir qui le fera chuter plus vite.

Le pauvre Jules a développé une véritable phobie sur ce trajet. Même avec moi qui chasse les chats, il a du mal à venir. Et je sens qu’il est triste et se renferme sur lui-même.

Du coup j’ai été voir des copains pour l’aider. On a monté une mise en scène dimanche dernier. Nous avons réussi à convaincre Jules  de sortir vers le fameux muret. Arrivé à proximité, alors que l’émotion était à son comble, Jules est tombé par terre, et nous tous avec ! Les chats n’en sont pas revenus. Un parterre de chiens écroulés sous leur nez !

Au bout d’une minute, les chats n’en pouvant plus sont descendus du muret pour voir de plus près dans quel état on était. Et là ! Ah, ah ! Le déchaînement ! Tous les chiens, y compris Jules qui avait réussi à se relever, sont partis ventre à terre. A chacun son chat ! Ah, ça fait du bien une bonne coursette de chats ! On les a tous semés dans un brouhaha d’aboiements, de cris, de miaulement, et de feulements !  

Je crois qu’ils ont compris. Jules a retrouvé sa dignité !

 

 

 

 
 

La narcolepsie :

 

Rien à voir avec narcotique, stupéfiant and co !

 

La narcolepsie est une maladie qui, dans sa forme complète,  associe des accès de sommeil brutaux qui surviennent inopinément (en fait quand on se connaît bien on le sent venir) et des accès de cataplexie déclenchés par l’émotion. La cataplexie est une chute brutale du tonus musculaire qui entraîne une chute de tout le corps (on s’écroule par terre comme Jules) ou d’une partie du corps (sous le coup de l’émotion on lâche un objet par exemple car  les muscles de la main se relâchent brutalement). L’émotion qui entraîne le plus souvent une chute est le rire. Pourtant ce n’est pas drôle du tout. Ce symptôme est vécu comme une véritable souffrance.  

 

D'autres signes secondaires existent. Les hallucinations hypnagogiques, terme un peu inquiétant qui désigne des hallucinations souvent visuelles, ou des perceptions  étranges au niveau de la peau (peau qui se cartonne...), des membres (trés légers, trés lourds, déformés...), ou la sensation d'une présence étrangère. Elles surviennent au moment où la vigilance change (au moment du coucher par exemple, ou en pleine journée lorsqu'on est fatigué). Parfois le narcoleptique ressent des paralysies du sommeil, expérience désagréable, parfois angoissante. En effet il s'agit de la sensation d'être paralysé lors d'un réveil au cours du sommeil. Celà peut durer de quelques secondes à quelques minutes.

 

Il y a un caractère génétique qu’on recherche par une prise de sang avec examen du groupage HLA.

 

 

Des traitements existent :

- Déjà éviter la privation de sommeil, privilégier plusieurs petites siestes brèves réparties dans la journée,

- et si ça ne suffit pas, des médicaments comme le modafinil, ou parfois des amphétamines sont nécessaires.Quand aux antidépresseurs, ils  permettent de lutter contre la cataplexie.

Commenter cet article