Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par S Royant-Parola

bebe-rat.jpgOn distingue habituellement l’état de sommeil de celui de l’éveil par des critères électro-encéphalographiques tout à fait spécifiques. Chez les individus somnolents on a pu décrire des moments de « micro-sommeil » où la personne peut sombrer en stade 1 ou 2 de quelques secondes à quelques minutes.

 

Avec les travaux de l’équipe de Guilio Tononi  de l'Université Wisconsin-Madison,  qui ont étudié les effets de la privation de sommeil chez le rat, on découvre que les neurones ont la capacité de se déconnecter quelques fractions de secondes  pour récupérer. Lors de ces « siestes » neuronales  l’activité des cellules ressemble à celle enregistrée dans la phase de sommeil lent. Pourtant les rats étaient par ailleurs « bien réveillés » et continuaient à avoir une activité globale importante.


Ce travail montre pour la première fois que chez les mammifères le cerveau dispose de moyens pour récupérer sans pour autant sombrer dans le sommeil.


La question qui se pose, bien évidemment, est savoir si lorsque que ces neurones se déconnectent les performances de l’animal ou de l’individu diminuent. 

 

Local sleep in awake rats - Vladyslav V. Vyazovskiy, Umberto Olcese, Erin C. Hanlon, Yuval Nir, Chiara Cirelli & Giulio Tononi. Nature 472, 443–447, (28 April 2011)

 

 

 

 

Commenter cet article