Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Hache & Sylvie Royant-Parola

Compte-rendu de la conférence de presse

 

A défaut de PNSS (Plan National Sommeil Santé) ou de PNSV (Plan National Sommeil & Vigilance), c'est un PAS (Programme d'Actions sur le Sommeil) que nous propose Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et des Solidarités. C'est avec appréhension que nous avons assisté à la conférence de presse, tout en la considérant d'ores et déjà comme une avancée majeure pour le sommeil. Outre les journalistes, des médecins spécialistes du sommeil se sont déplacés, de Paris et de Province, pour prendre connaissance de ces mesures qui, par leur existence même, marquent un tournant dans la reconnaissance de la médecine du sommeil et du sommeil à part entière.

 

Une priorité de santé publique

Parce que le sommeil ne doit plus être banalisé, Xavier Bertrand souhaite réveiller les consciences, développer la prévention, mobiliser et donner les moyens et outils nécessaires aux professionnels de santé et aux chercheurs.
« Sujet de santé publique à part entière », « enjeu majeur de santé publique », « une véritable priorité de santé publique »... Le sommeil et ses troubles acquièrent enfin une reconnaissance institutionnelle au sein de la société, il n'est plus question de bien-être mais de santé. Près de 10 millions de Français seraient concernés par les troubles du sommeil. Or les bonnes pratiques, les mauvaises habitudes, les conséquences du bien et du mal dormir leur sont encore méconnues, comme pour de nombreux professionnels de santé. C'est ainsi que 68 millions de boîtes de somnifères sont consommées par an.
Plus souvent considéré comme une perte de temps, le sommeil perd sa fonction de déterminant de santé et d'indicateur de la qualité de vie. Il est temps d'en parler, d'informer, d'éduquer et de sensibiliser l'ensemble de la population pour comprendre et admettre qu'il n'est pas normal de mal dormir. Si le sommeil a des conséquences sur la santé, il peut aussi mettre en danger la vie de ceux qui en souffrent ainsi que celle d'autrui.

 


Le sommeil: une priorité de santé

 

Éducation et sensibilisation des jeunes dès la petite enfance

Au cours du premier semestre 2007, des affiches « Longues veillées, journées gâchées », des documents pédagogiques « Sommeil mon ami » et « Ouvrons l'œil sur le sommeil » vont être diffusés par l'intermédiaire des PMI, des CAF, des caisses d'assurance maladie et de l'UNAF afin de sensibiliser les parents mais aussi directement les jeunes sur l'importance du temps de sommeil adapté.
Dans la nouvelle convention cadre entre le Ministère de la Santé et le Ministère de l'Éducation Nationale, le sommeil est inscrit en bonne place afin que les médecins et infirmiers scolaires soient sensibilisés au sommeil de l'enfant. Des outils pédagogiques pour une sensibilisation des collégiens et lycéens aux effets du bruit sur le sommeil sont en cours d'élaboration avec la collaboration des ministères chargés de l'écologie et de la culture dans le cadre du plan national bruit.
A la rentrée 2008, les enseignants disposeront d'un Cdrom pédagogique portant sur le sommeil des enfants et des adolescents.
Dès la rentrée 2007/2008, les professionnels de l'éducation disposeront d'outils pédagogiques et d'une formation spécifique au sein des IUFM.
Une information sur le sommeil sera insérée dans les rubriques « conseils » du nouveau carnet de santé.

 


Pour le sommeil de l'enfant et de l'ado

 

Information et éducation de l'adulte

Dès aujourd'hui, il est possible de consulter le Passeport du sommeil et de tester sa somnolence avec le questionnaire d'Epworth sur le site du Ministère de la Santé.
L'assurance maladie va adresser, avant fin mars, à l'ensemble des assurés une documentation sur l'importance du sommeil et les règles du bien dormir.
Une grande campagne de communication débutera en juin, avec la mise à disposition d'un million d'exemplaires d'une documentation élaborée par l'INPES, disponibles dans les pharmacies et auprès des professionnels de santé. Des spots radios inciteront les Français à ne plus banaliser les troubles du sommeil et à en parler à leur médecin traitant.
De concert avec la délégation interministérielle à la sécurité routière, une campagne média sur le sommeil au volant sera lancée au même moment. Des actions en milieu scolaire et lors de l'apprentissage à la conduite seront également menées.
Ces démarches de prévention et de sensibilisation se poursuivront au premier semestre 2008 avec une nouvelle campagne de communication conduite par l'INPES.

 

Lire la suite de l'article >>

 


Somniferes et somnolence

 

Informer et former les professionnels de santé

En même temps que les assurés sociaux, les médecins généralistes recevront d'ici fin mars un courrier accompagné d'un document d'information sur le sommeil et la prise en charge de ses troubles.
Avant la fin de l'année 2007, les médecins généralistes, les pédiatres et les gériatres disposeront d'un document « Repère pour votre pratique » pour une aide au diagnostic des troubles du sommeil.
Dès cette année, le sommeil devient une priorité dans la FMC (Formation Médicale Continue) et sera intégré à la formation des étudiants en médecine.
300 000 exemplaires du « Guide de bonnes pratiques de soins » à l'usage des professionnels de santé intervenant en EPHAD et à domicile auprès des personnes âgées seront diffusés début mars 2007.
L'INPES réalisera 2 outils pédagogiques destinés aux médecins généralistes et aux pharmaciens qui s'adresseront aux femmes enceintes et aux adolescents avant la fin de l'année 2007.
La prise en charge des troubles du sommeil étant essentiellement pluridisciplinaire, le financement des réseaux ville-hôpital sur le sommeil sera prioritaire.

 

Ce sont près de 6 millions d'euros qui seront consacrés en 2007 et 2008
à l'information et à la formation sur le sommeil et ses troubles.

 

La prise en charge des maladies du sommeil

Une cartographie des structures de prise en charge des troubles du sommeil et un recensement de l'ensemble des équipes traitant ces troubles sera élaborée afin d'obtenir, d'ici la fin de l'année, un état des lieux précis du nombre et de la taille des structures à mettre en place pour répondre aux besoins.
À la fin de l'année 2007, chaque région devra disposer d'un centre de sommeil. 500 000 euros seront débloqués pour que la Champagne Ardennes et la Basse-Normandie aient chacune un centre de sommeil.
Eu égard au fort impact sur la croissance et le développement des plus jeunes, la priorité se posera sur la prise en charge de l'enfant avec une augmentation significative et la création de lits dédiés à l'exploration pédiatrique dans toutes les régions. Aujourd'hui, il existe seulement deux centres en France (Paris et Lyon) pour un total de 8 lits d'exploration pédiatrique dédiés.
Cette réorganisation géographique sur le territoire français impliquera une redéfinition des missions des centres d'exploration du sommeil et l'élaboration de référentiels communs.
Au cours du second semestre 2007, des recommandations sur la prescription de psychotropes chez les personnes âgées seront élaborées.

 

Des recommandations concernant ces mesures seront faites
par l'HAS (Haute Autorité de Santé) dès cette année.

 

La Carte de soins et d'urgence

Les personnes souffrant de SOAS (Syndrome Obstructif d'Apnée du Sommeil) disposeront dans les prochaines semaines d'une carte de soins et d'urgence à garder sur soi, informant les médecins qui pourraient avoir à les prendre en charge en cas d'urgence, des gestes conseillés et prohibés ainsi que des informations sur la maladie.
Afin d'améliorer le diagnostic et la prise en charge du SOAS, la recherche de ce syndrome figurera dans le bilan de santé de toute personne partant à la retraite et dans la consultation de prévention des personnes âgées.
Une plaquette d'information « Connaissez-vous le syndrome d'apnée du sommeil ? » sera adressée aux médecins généralistes et aux étudiants en médecine dans les mois qui viennent pour les inciter à un meilleur diagnostic de ce syndrome.
L'assurance maladie travaille sur une meilleure prise en charge financière des dispositifs d'avancée mandibulaire et de pression positive continue.
Concernant la narcolepsie, 5000 exemplaires d'une carte de soins et d'urgence, sur le même modèle que celle du SOAS, seront envoyés aux associations de patients, meilleurs relais auprès des malades.

 

Recherche et études

Dans le cadre de son Baromètre santé, l'INPES mènera cette année des études sur les comportements individuels face au sommeil. Les premiers résultats seront publiés au printemps 2007. Une autre étude est en cours et porte sur la représentation sociale des besoins de sommeil, sur la place donnée à celui-ci et à ses déterminants dans les habitudes de vie.
Afin de disposer de données chiffrées précises, l'InVS (Institut Veille Sommeil) mènera des enquêtes épidémiologiques sur les troubles du sommeil.
Des études cliniques seront menées sur la prise en charge de ces troubles et de leur conséquences sur la santé, sur les traitements médicamenteux prolongés ainsi que des essais cliniques sur les autres modalités de traitement.
Le thème du sommeil sera intégré en tant que prioritaire dans la circulaire du Programme Hospitalier de Recherche Clinique pour l'année 2007-2008. Environ 500 000 euros seront affectés à la recherche.

 

La sieste au travail

Des études scientifiques montrent qu'une sieste courte est bénéfique pour la vigilance et la sécurité au travail. Une expérimentation devrait être lancée avec des entreprises volontaires, afin d'obtenir des données sérieuses sur cette pratique, sur la manière dont elle est acceptée par les entreprises et perçue par les salariés, sur ses résultats concrets en terme de santé publique et d'organisation du travail. Des entreprises, notamment de transport, ont déjà instauré le système de la sieste en entreprise.

 

Parce que la question du sommeil ne peut être uniquement envisagée sous l'angle médical, mais qu'elle a aussi des causes sociales liées à l'évolution de nos modes de vie, la dynamique doit aussi être sociale et sociétale. Un comité de suivi sur le sommeil, chargé de rendre des avis, d'être force de proposition et de s'assurer que notre attention individuelle et collective ne décline plus, sera mis en place en cours d'année.

 

Commenter cet article

Laure 13/03/2008 18:53

je me retrouve malheureusement que trop bien dans ce constat de fatigue et de sommeil non réparateur, et on dirait qu'il y en a beaucoup dans notre cas :http://forum.01men.com/01men/sante_beaute/general/dormez_vous_beaucoup__-216/messages-1.html

S. Royant-Parola 07/02/2007 21:58

Tu n'as pas à être désolée! Tu as eu raison d'écouter ton corps. Il y a des moments où il faut savoir s'arrêter. Tu as su le faire, bravo!  Prends le temps qu'il faut . Fais nous des petits coucous de temps en temps pour nous donner des nouvelles!
A bientôt....

Isabelle Hache 07/02/2007 16:36

Au-delà de l'idéal que l'on souhaiterait, il y a des réalités qui nous font faire des choix. Et... entre l'arbre sur la route, eux ou toi... Je pense que tu as fait le meilleur choix !Jamais de regrets ! Tu as fait le bon le choix c'est tout ce qu'il faut retenir ! ;o)Bizzz à toi !

patsy 07/02/2007 11:25

Bonjour,
Eh bien, désolée les filles, mais après 15 jours d'arrêt maladie et 2 jours de boulot , je n'ai pas pu tenir.
Je donne ma démission aujourd'hui et sans regrets. C'était eux ou moi, ou l'arbre sur la route. J'ai choisi moi.
bizzzzzzzzzzzzzzz

S. Royant-Parola 01/02/2007 08:06

C'est ce qui s'appelle de la thérapie comportementale...;o)