Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Kant

A une époque où le sommeil n'est pas la priorité du moment et où la population se met en privation chronique de sommeil (les ados ont perdu 3h de sommeil par nuit en 30 ans) on ne peut qu'être réceptif au cri d'alerte d' Orhan Pamuk:

"Qui m'appelle en plein milieu de la nuit?", s'est demandé Orhan Pamuk
AFP 12.10.06 | 21h45


Hé oui....

L'écrivain turc Orhan Pamuk qui a remporté jeudi le prix Nobel de littérature a indiqué être honoré par cette distinction, bien que sa première réaction fut: "qui m'appelle en plein milieu de la nuit?" S'exprimant devant des journalistes à New York jeudi, Pamuk, 54 ans, a souligné recevoir cette distinction comme "une reconnaissance de son travail, de son humble dévouement pour le grand art du roman". "C'est un très grand honneur, un très grand plaisir", a-t-il dit depuis l'université Columbia de New York où il avait étudié dans les années 80. "Je suis très content de ce prix". "Ce prix ne va pas changer ma manière d'écrire", a-t-il par ailleurs ajouté. Premier Nobel de littérature turc, Pamuk, est né le 7 juin 1952 dans une famille bourgeoise, aisée et séculière à Istanbul. Parmi ses livres traduits en français on peut citer "Mon nom est Rouge" (1998), "Neige" (2002), "La maison du silence" (1983) et "Le livre noir" (1990). Cible des nationalistes pour sa défense des causes arménienne et kurde, Orhan Pamuk est l'auteur d'une oeuvre décrivant les déchirements de la société turque entre Orient et Occident.

 

Allez, on leur pardonne... pour une fois que ce n'était pas une mauvaise nouvelle...

Commenter cet article

Sieglind la dragonne 13/10/2006 16:24

Faut dire qu'être réveillé comme ça... ça fiche toujours un coup au palpitant, j'ai horreur de ça! Enfin, comme tu dis, c'était pour une bonne raison. Rien lu de ce brave homme... mais vu tout ce que j'ai à écouler comme pile de bouquins... ça attendra un peu hé, hé. Bises vous deux et bonne fin de semaine

:0071:Moyra:0071: 13/10/2006 10:25

Il y a tant à dire (ou à taire) sur la nature humaine. Bisou Kant et Morphéus