Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Morphee


Source: CCTV.com | 04-19-2009 10:55


Un nouveau projet, mi artistique mi-scientifique, explore la nature du rêve dans une gallerie en tournée à travers le Royaume Uni. Intitulé "Expérience au delà du rêve", cet événement a pour but de découvrir si les rêves peuvent être contrôlés et manipulés, brouillant ainsi la limite entre l'art et la science.

Au De La Warr Pavilion, à Bexhill on Sea, en Angleterre, quelque chose de bizarre se déroule. 20 personnes en plein sommeil prennent part au dernier projet de l'artiste Luke Jerram, le Directeur du Rêve, qui vise à découvrir si les rêves sont affectés par les éléments externes.


Luke Jerram, artiste

"En bas, nous avons 20 modules de rêve, et ce soir des personnes du public viendront dedans et se prépareront à se coucher. Ils porteront des masques spéciaux qui mesurent si les participants font de rapides mouvements de yeux ou quand ils seront en stade 'sommeil', et quand notre ordinateur saura que cette personne rêve, on leur jouera un son particulier qui affectera le contenu de leur rêve."

Un atelier est effectué avant l'expérience, pour préparer les participants sur ce qu'ils attendent de cette aventure. Puis, ils sont prêts pour aller se coucher.

Pendant la nuit, les psychologues du rêve analysent les données transmises par les masques oculaires des dormeurs.


Dr. Chris Alford, psychologue du sommeil

"Nous pensons que cela pourrait avoir un bon potentiel clinique parce que nous avons eu des problèmes pendant des années avec des personnes qui faisaient vraiment d'horribles cauchemars ou du stress post-traumatique, et bien-sûr, en étant capable d'orienter les rêves, en étant capable de changer leur trajectoire en utilisant des sons, cela pourrait les aider à faire de meilleurs rêves."

Le Directeur du Rêve se déplacera avec sa gallerie dans les prochains mois, à travers tout le Royaume Uni.

 

Découvrir la vidéo

 



Commenter cet article

psychoreve 22/04/2009 07:49

Ajout des coordonnées  du site rêve et tension.http://reve-et-tension.fr/

psychoreve 21/04/2009 17:56

La seule fois où nous sommes allés à Bexhill tout près de Hastings et plus largement dans ce coin  d'Angleterre fut l'année passée : un enchantement. Quel dommage que cette expérience n'aie pas eu lieu à cette époque, j'aurais pu présenter deux ou trois remarques sur la fonction du rêve si le loisir m'en avait été laissé.Après tout qu'un artiste lance ce genre d'initive pourquoi pas ? En établir une proportion moitié scientifique/moitié artistique ne me paraît pas pertinent, à priori il est vrai, Cela nous changera cependant du sempiternel discours freudo-jungien et autres supputations.Je me permerttrai de vous soumettre ce topo. Le rêveur n'y subit aucune influence extérieure et c'est très facile à vérifier.Rêve et tension.
(Un rêve particulier pourrait-il être lié à une tension particulière ?)

Préambule
Constat.
On ne reconnaît pas sûrement de réelle fonction au rêve, celui-ci s’inscrit pourtant dans cette nature où rien n’est gratuit, où rien n’est fortuit. Or, bien que l’étude du sommeil dans le monde mobilise 4000 (quatre mille) chercheurs, en définitive seuls quelques uns d’entre eux  sont concernés par le rêve. Il est notoire que cet énorme potentiel hypothético- déductif, puisque l’homme est curieux de l’homme et du monde et qu’en outre nous sommes en présence de chercheurs ès qualité, ne semble pas s’interroger sur son propre « sournois désenchantement »… ou symptomatique évitement. Il est connu cependant que l’on ne peut résoudre que les questions que l’on se pose et non pas les questions qui se posent.

Validité et viabilité de notre interrogation
Mais auparavant s’il est concevable de s’interroger sur le rêve, pouvons-nous escompter d’autres réponses que transcendantes, c'est-à-dire hors de portée de l’action ou de la connaissance ? Certains rêves nous stupéfient par leur ingéniosité, d’autres ont valu un Prix Nobel à leurs auteurs, l’intelligence s’y manifeste donc. Certains rêves mettent en œuvre des émotions, au point parfois d’en teinter la vie du rêveur. Si ces deux piliers, intellect et émotion, y sont présents comme dans la vie réelle, qu’est-ce qui en interdirait une étude rationnelle ?

Une caractéristique notoire
Le rêve présente au moins deux aspects différents : il y a les rêves que je qualifierai de physiologiques et qui font partie de l’architecture du sommeil, mais il y a « en extra » les rêves laissant une trace mnésique. Sont-ils de même nature ?
On évoquera un parallèle, sans aller jusqu’à la comparaison : la respiration, la digestion, la fonction cardiaque s’exercent ordinairement quasiment à notre insu dans le silence des organes ; or ces fonctions peuvent être affectées par divers facteurs dont notre émotionnel. La personne concernée sera apte à reconnaître une modification du « cours » d’un tel organe, ce dernier exprimant généralement un « quelque chose » d’adaptatif, une tension, un travail particulier. En analogie peut-on transposer cette adaptabilité fonctionnelle au rêve-qui-se-manifeste ?
Un rêve particulier pourrait-il être lié à une tension particulière ?

Objectif : Il semble qu’il puisse exister un rapport entre  une tension psychologique et la survenue de rêves. A partir des récits de rêves d’un public ciblé, mais non impliqué directement par une étude sur les rêves, il est/serait  possible faire ressortir le rapport de cause à effet entre une tension particulière et d’éventuels rêves s’y rapportant.
Méthode : Une méthode statistique courante peut être mise en œuvre.
Le sevrage tabagique, le sevrage alcoolique, ou leurs prémisses, les contraintes d’un régime quel qu’il soit, sont susceptibles d’induire des rêves dans lesquels ce tabac, cet alcool, cette nourriture ou des éléments qui leur sont connexes (car un rêve n’est guère à lecture directe) entrent en scène. Par le biais des structures concernées  et d’interrogatoires personnels, recueil de bilans capables de discriminer au mieux ces occurrences.
Résultats : la collecte des résultats bruts ne permet pas d’emblée de distinguer entre la tension causée par un désir, un besoin  (de tabac, d’alcool, de nourriture) et la tension mobilisatrice mise en œuvre pour contrecarrer  ce désir. Par contre un rapport de cause à effet peut déjà y être reconnu.