Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par S. Royant-Parola


La prévalence de troubles du sommeil avérés serait de 10 à 20 % en population générale ; on ne dispose pas de données chez la personne âgée.

Ces plaintes relatives au sommeil, y compris celles relevant d’une insomnie avérée – ne justifient pas la prise au long cours d’un somnifère. En effet, il est démontré que les somnifères ne sont efficaces que sur une très courte durée et présentent des effets délétères en particulier chez les personnes âgées.  Ainsi ils majorent le risque de chutes, et altèrent la vigilance et les réflexes.

L’indication des somnifères est donc tout à fait restreinte dans ces troubles du sommeil.

Pourtant entre septembre et décembre 2007 en France, 32% des plus de 65 ans, et près de 40% des personnes de plus de 85 ans se sont vus prescrire un hypnotique ou un anxiolytique (Source CNAMTS, RSI, MSA, InVS, HAS et le groupe « Améliorer la prescription des psychotropes chez le sujet âgé », in press).

Ces chiffres sont inquiétants et nécessitent la mise en place d’une politique concertée des pouvoirs publics pour changer les habitudes de prescriptions et les attentes des patients. La Haute Autorité de Santé lance un programme d'actions dans ce sens.

Dans les Ardennes un programme d’arrêt des benzodiazépines chez les personnes de plus de 70 ans a été conçu et mis en œuvre par un cercle de qualité de médecins généralistes. Les résultats sont très intéressants. Ils montrent que dans la mesure où le médecin prend le temps d’expliquer les inconvénients des ces produits, et qu’il revoit  le patient, ce dernier adhère à la proposition de sevrage et l’on observe un arrêt des hypnotiques chez un peu plus de 50% des personnes âgées, certaines prenant ces produit depuis plusieurs dizaine d’années.

Ces résultats, plus qu’encourageant incitent à étendre cette expérience en sensibilisant les médecins et les patients aux dangers des somnifères et en les formant et les éduquant aux mesures alternatives.

Commenter cet article

sieglind la dragonne 17/10/2008 07:17

Voilà pourquoi j'ai tendance à bouder les médecins (en fait, j'suis rarement patraque et quand ça arrive, c'est des trucs qui peuvent se soigner en faisant simplement gaffe, genre se faire suer et s'hydrater  pour faire tomber la fièvre) Quand je serais "vraiment" (hé, hé) vieille, il faudrait voir qu'ils me prescrivent des trucs dont je n'ai pas besoin (si  un jour j'ai peine à dormir, l'autre ça ira mieux, de toute façon j'suis de la nuit, plus productive à ce moment là)Bonne continuaton la troupe