Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par S. Royant-Parola


Enfin des week-ends longs, disent certains. Alors progrès ou catastrophe annoncée ?  Décriée par les chronobiologistes, la généralisation de ce rythme scolaire depuis la rentrée a relancé la polémique.

Le Pr François Testu a fait une mise au point que nous citons ici pour préciser la problématique selon les chercheurs.
«  En matière d’aménagement  du temps scolaire il n’existe pas de solution idéale, il s'agit seulement de trouver le moins mauvais des compromis  entre la satisfaction des intérêts des élèves et la réponse aux besoins des adultes, tout en sachant que l'élève constitue un tout, qu'il ne s'arrête pas de vivre une fois franchi le seuil de l'école, qu'il est le fils ou la fille de ses parents, qu'il est le membre d'une association, l'équipier, le copain et qu'il a besoin de quelques moments de liberté. Le compromis ne peut être recherché qu'en associant tous les partenaires concernés par l'éducation des jeunes. Encore faut-il connaître ce que sont les rythmes de vie des enfants  et des adultes et quelles sont les conséquences de tel ou tel aménagement sur le développement de l’enfant, sur les comportements des jeunes dans et en dehors de l’école.

Grâce aux travaux  de chronopsychologie menés en milieu scolaire il est possible aujourd’hui de  considérer que les variations journalières de la vigilance et des performances intellectuelles se manifestent tant au plan quantitatif qu'au plan qualitatif. En effet, non seulement les scores bruts aux tests, mais également les stratégies de traitement de l'information fluctuent au cours de la journée.

La fluctuation journalière que nous qualifions de « classique » est généralement la suivante: le niveau de vigilance et les performances psychotechniques progressent du début jusqu'à la fin de la matinée scolaire, s'abaissent après le déjeuner, puis progressent à nouveau au cours de l'après-midi scolaire Il existe deux moments reconnus comme "difficiles": les débuts de matinée et d'après-midi. Il est à noter que les moments reconnus comme difficiles au plan biologique sont les mêmes que ceux mis en évidence au plan psychologique.

Il semble que nous puissions considérer la présence de cette variation journalière caractéristique comme le témoignage d'une adéquation entre les emplois du temps scolaires journaliers et hebdomadaires et les rythmes de vie des enfants.

En revanche, cet équilibre n'existe plus lorsque la vie scolaire ne comprend que 4 jours (les lundi, mardi, jeudi et vendredi) sans accompagnement péri et extrascolaire:. Dans ce cas, la rythmicité journalière classique disparaît pour laisser place à une rythmicité inversée  accompagnée d'une baisse du niveau de performances. »

En fait il est important que l’enfant ne soit pas soumis à des ruptures de rythme et à des couchers tardifs lorsqu’il n’a pas d’école le lendemain. Hélas tous les travaux de ces 10 dernières années montrent que l’enfant qui n’a pas d’école le lendemain se couche de plus en plus tard, au détriment de sa durée de sommeil. S’il se décale le matin pour rattraper le temps de sommeil, il aura du mal à s’endormir tôt particulièrement le dimanche soir d’où une fatigue qui commencera dès le début de la semaine…

Les parents doivent donc veiller à ce que l’enfant ne se couche pas systématiquement tard lorsqu’il n’a pas cours le lendemain, et qu’il ait des occupations les  matins où il n’a pas d’école  pour rester proche du même rythme tous les jours.

Commenter cet article

sieglind la dragonne 17/09/2008 07:45

On paume la rigueur du coucher, je me souviens que école ou non le lendemain on se couchait et se levait à la même heure avec mes frangins... (parfois même le weekend tellement le rythme était pris)Pour les couchers tardifs, j'en sais quelque chose, fiston n'arrive à bosser que la nuit sur l'ordi et fistonne est plus au calme également pour faire ses petites affaires, deux couches tard tu coup au lever problématique...même s'ils semblent gérer la chose depuis de temps qu'ils pratiquent ça... sais pas si c'est effectif...

Tvu 14/09/2008 20:22

Tout dépend. Sur le plan chronobiologique ce n'est pas le meilleur moment, néanmoins si l'enfant a quand même le temps de déjeuner tranquillement et qu'il a peu ou pas de cours l'après midi qui demandent de l'attention, celà peut très bien se passer.

Odette Wolkowicz 14/09/2008 18:30

En milieu scolaire, que penser des cours de soutien entre 12 heures et 14h ?