Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par S Royant-Parola


Comme son nom l’indique la dépression saisonnière survient à certaines saisons de l’année avec deux moments privilégiés, l’automne et l’hiver… Elle s’accompagne d’un sommeil excessif, d’une boulimie et d’une envie particulière de manger des aliments sucrés ou des féculents. Elle disparait au printemps ou en été (une forme particulière se déclenche au contraire en été).

Est-elle fréquente ? Les chiffres apportés par la littérature sont extrêmement variables allant de 1 à 12% selon les études (enquêtes plus ou moins associées à des entretiens soit téléphonique soit en face à face). On a dit qu’elle touchait plus la femme que l’homme… Incertitude là encore, car globalement la dépression (quelque soit son type) touche plus souvent la femme.

Ce qui semble déterminant dans son déclenchement est le raccourcissement de la longueur du jour… Des facteurs favorisants existent. Peut-être des dysfonctionnement de l’horloge biologique ou des anomalies de réponses à la mélatonine. Dans tous les cas des mécanismes sérotoninergiques sont mis en cause.

Le traitement recommandé dans ce type de dépression est la photothérapie.  Il s’agit d’utiliser une lumière proche de la lumière naturelle,  sans UV, de forte intensité (au moins 2500 lux arrivant sur la rétine  pendant 2 heures ou bien 10000 lux (4 fois plus puissante) , pendant 30 minutes (soit 4 fois moins de temps)). Cette lumière donne les meilleurs résultats lorsqu’elle est délivrée le matin, et d’autant plus tôt que la personne est couche tôt.

http://accel23.mettre-put-idata.over-blog.com/0/32/12/62/169_luciaclassecemedical01.jpg


Le traitement est débuté soit en préventif, dès que les jours commencent à raccourcir en automne, soit lors de l’apparition des premiers symptômes (sommeil envahissant, prise de poids, boulimie).
L’association à des traitements médicamenteux ne pose aucun problème.

Commenter cet article

Flying Toxin 10/04/2008 19:28

Ah ben ça alors ! ma femme de moi elle dort encore plus : elle dit qu'elle fait la marmotte.Ca se passe comme ça : elle mange beaucoup avant l'hiver. En tout cas assez pour se faire piailler. Elle dit qu'elle fait son lard pour hiberner. Après elle se lève toujours à la bourre, ou pas du tout si elle est pas obligée. Au printemps, elle mange moins, soit disant pour rentrer dans des maillots de bain toujours trop étroits. Ca piaille encore. Et elle dort toujours autant. C'est ça le syndrome de la dépression de la marmotte ?

sieglind la dragonne 07/04/2008 10:07

Pas trop à souffrir de ce genre de dépression, ça viendra peut-être (mais je touche du bois pour le contraire, évidemment). Je dois avoir une lampe "photothérapique" de greffée dans le ciboulot, je ne vois pas d'autre explication.Bonne journée la troupe